L'histoire

Vue latérale Panzer IV ausf G ou H


Vue latérale Panzer IV ausf G ou H

Ici, nous voyons un Panzer IV ausf G ou ausf H, avec un blindage latéral pour la superstructure et un blindage incurvé supplémentaire autour de la tourelle. De côté, ceux-ci semblent très solides, mais sous cet angle, nous pouvons voir le réseau de faisceaux plutôt fragiles qui les relient au réservoir.

Ce char particulier a le port de vision sur le côté avant droit du côté de la superstructure, qui a été éliminé pendant la production de l'ausf H, mais pas de port de vision sur le côté avant droit de la tourelle, éliminé pendant la production de l'ausf G, ce qui en fait un G tardif ou un H précoce.


Nibelungen Panzer IV H Initial 1944 Zimmerit ?

14:20 - 01 avr. #1 2021-04-01T14:20

LLv4kXQHzd2e6fV-7vcwh9IO7VEFMbK8A1b2qHaWt6bErqP8Qgje120uN3pmoQfHxX-Qc9vtHHpErT0ph8jRjCNl4ww4ZRw__&Key-Pair-Id=ADAX"DGYJ/>

17h03 - 01 avr. #2 2021-04-01T17:03

C'est quelque chose que je ne m'intéresse que récemment à Stirling depuis que je construis le Dragon 6611 mid ausf H avec le kit zimmerit. Alors laissez-moi essayer de vous faire clarifier votre question car je ne comprends pas complètement où vous voulez en venir.

Essayez-vous de savoir si le nouveau type de coque (appelons-le tard ausf H) a coïncidé avec un changement dans la façon dont le zimmerit a été appliqué, c'est-à-dire qu'ils ont immédiatement cessé d'ajouter du zimmerit aux jupes latérales de la tourelle ou pensez-vous qu'ils ont continué pendant certains en 1944, puis à un moment inconnu a changé pour ne pas ajouter de zimmerit uniquement aux jupes latérales de la tourelle.
Je regarde beaucoup de photos Ausf H et l'application zimmerit semble être assez variée d'un véhicule à l'autre.
Le kit Dragons mid ausf H zimmerit semble être davantage orienté vers le motif Ausf J que ce que je vois sur les photos de l'Ausf H.
J'ai lu d'anciens messages et il semble que nous en sachions très peu sur ce sujet en ce moment, je vais donc suivre ce fil avec intérêt.

Donc, vous demandez quand zimmerit est-il passé de cette application.

. à ce genre ?

Je me demande juste où ce modèle s'intègre?

Et que se passe-t-il avec ce modèle?

17h21 - 1er avril #3 2021-04-01T17:21

La dernière photo montre le modèle d'essai initial Nibelungen zimmerit ,
Nibelungen appliquait encore du zimmerit au schurzen de la tourelle à la fin
de 1943 ainsi que les côtés de la superstructure, ils ont continué à appliquer
zimmerit aux côtés de la superstructure en 1944 sur des panzers Ausf.H
construit sur la coque simplifiée - mais semble s'être généralement arrêté
appliquer du zimmerit au schurzen de la tourelle - bien qu'il puisse y avoir
été une période de croisement au cours de l'hiver 1943-4 lorsque Ni-werke
construisaient des Panzer IV Ausf.H sur les deux coques de style.

Ni-werke Ausf.H construit sur une coque révisée avec du zimmerit toujours sur les côtés de la superstructure :-

Uk6Hj3k4MvoikDnQxNkWgzG77nSXCwPqu1Gl3YILmBPw__&Key-Pair-Id=APKAJS72YROXJYGYDADA" />

18:56 - 01 avr. #4 2021-04-01T18:56

Je pensais que le zimmerit sur les côtés de la superstructure était une fonctionnalité tardive ajoutée seulement après que le zimmerit ait été lâché des jupes latérales de la tourelle comme sur mes photos 1,2,4,5,? Mais comme c'est le cas avec votre photo couleur, un chevauchement de zimmerit sur les deux est possible.
Je ne sais toujours pas si votre message initial était une question ou une déclaration.

Puisque nous sommes sur le sujet, ces deux chars sont-ils Ausf H ou J ?
Le second est sous-titré Ausf H sur mon fichier PC. Pouvez-vous confirmer si c'est correct ou non.
Celui-ci n'a ni zimmerit sur les jupes de tourelle ni sur le côté de la caisse. où cela s'intégrerait-il dans le calendrier de production?

19:26 - 01 avr. #5 2021-04-01T19:26

Soit dit en passant, les messages de Nacho Roces de 2015 peuvent être utiles. Il a remarqué plusieurs Ausf.H avec ces combinaisons (coque hâtive + pas de flancs Zimmerit + Zimmerit Schürzen / coque tardive + flancs Zimmerit + pas de Zimmerit Schürzen) :

20:43 - 01 avr. #6 2021-04-01T20:43

Je ne vois aucun "pilzen" sur les toits des tourelles - mais sur la photo du haut, le
il manque les supports pour un bac ariel au panzer - il s'agit donc peut-être d'un J précoce,
la deuxième photo pourrait être soit - soit un H/J, mon message d'origine était une question
la photo ci-dessous est celle d'un Ausf.H dont les disques ont été échangés contre des types G
c'est une construction Nibelungen avec une plaque d'étrave de 80 mm sur une coque ancienne - qui a été
zimmerited , dans le livre Trojca "Panzer IV G/H/J" il y a une photo du même panzer
du côté opposé montrant zimmerit sur les côtés de la superstructure.

kqnrsRu--vDBW8sgG4BGmHhveBvomn0RwmTz8PpNHPlTKnWV2Dkxp0w__&Key-Pair-Id=APKAJS72YROXJYGYDADA" />

04:20 - Avr 02 #7 2021-04-02T04:20

Je pensais que le zimmerit sur les côtés de la superstructure était une fonctionnalité tardive ajoutée seulement après que le zimmerit ait été déposé des jupes latérales de la tourelle comme sur mes photos 1,2,4,5,? Mais comme c'est le cas avec votre photo couleur, un chevauchement de zimmerit sur les deux est possible.
Je ne sais toujours pas si votre message initial était une question ou une déclaration.

Puisque nous sommes sur le sujet, ces deux chars sont-ils Ausf H ou J ?
Le second est sous-titré Ausf H sur mon fichier PC. Pouvez-vous confirmer si cela est correct ou non.ulS14F4.jpgPanzer_IV_Ausf_H.jpg
Celui-ci n'a ni zimmerit sur les jupes de tourelle ni sur le côté de la caisse. où cela s'intégrerait-il dans le calendrier de production?
LEDv1Xl.jpg

Salut Dave,
La bonne façon d'étudier l'évolution du zimmerit est de relier les réservoirs à leurs numéros de série, et si cela semble un peu plus fou que la normale, vous devez vous rappeler qu'il y avait 3 usines de fabrication, chacune avec ses propres calendriers de changement. En dehors des quelques fils de discussion auxquels Lukas est lié, j'ai peut-être quelques photos supplémentaires montrant le Fahrgestellnummer et le zimmerit, mais certaines des principales directives pour les réservoirs Ni-W sont :

1) Zimmerit même sur les plaques Schürzen, pas sur les côtés de la coque
2) Zimmerit non plus sur les côtés de la coque, non plus appliqué sur les plaques Schürzen.
3) Zimmerit commence à apparaître sur les côtés de la coque avec des arêtes horizontales, plus ou moins au même moment où la coque inférieure est devenue l'emboîtement. plaques et carré arrière.
4) Le Zimmerit sur les côtés de la coque commence à être appliqué avec des arêtes verticales (fin du lot Ausf H).

Par exemple 562 est un excellent exemple de ce 4) style, qui est le plus typique sur Aus J mais n'est pas suffisant à lui seul pour écarter un Ausf H très tardif.

Certaines variations étranges ne peuvent pas être écartées par les deux autres fabricants. Maintenant, je ne suis pas sûr (j'aurai plus de temps cet après-midi) mais seuls Krupp ou Vomag semblent avoir appliqué du zimmerit sur la plaque de nez. Il y a un autre fil que j'ai commencé il y a des années pour ce que j'ai appelé une "famille" très étrange de Panzer IV, il contient aussi quelques commentaires sur le zimmerit de ces
viewtopic.php?p=1461461#p1461461
Pour moi, le facteur de différence était l'apparence "précoce" plus ou moins claire de l'Ausf H, mais il leur manquait les 3 supports de chenille sur la plaque arrière et encore plus la grande séparation entre les supports de câble de chenille. Ni-W n'avait cet arrangement de câbles "large" qu'à partir de septembre-octobre 1944, ce qui signifie que pour une raison étrange, au moins un des deux autres fabricants l'avait même en 1943. En dehors de cela, ces rares chars familiaux semblaient avoir leur propre calendrier pour en gardant très tard les rouleaux de retour en caoutchouc et la coque inférieure non verrouillée, mais ils montrent également des motifs de zimmerit intéressants qui pourraient aider à construire le puzzle. Compte tenu de la quantité extrêmement faible de chars avec ces caractéristiques, j'ai proposé qu'ils pourraient être Krupps (le fabricant avec de loin moins de production Ausf H dans les derniers mois de leur production) mais Craig Ellis a commenté qu'il avait vu sur eux des caractéristiques de Vomag. Mais le char Ausf J Vomag de février 1944 conservé au musée de Saumur est identique aux chars Ni-W avec les 3 supports de chenilles. Le problème que je vois avec les déductions du fabricant basées sur les caractéristiques si elles ne sont pas basées de manière robuste sur les FN précédemment identifiés avec un processus de confirmation ET de rejet exhaustif est que, comme cela s'est produit il y a quelques semaines dans un groupe FB, soudain une nouvelle photo d'un char avec FN surfaces, mais sur la base de la déduction des caractéristiques, il devrait s'agir d'un autre fabricant. Les Panzer IV semblent avoir été une sorte de champ de mines pour un processus déductif basé peut-être sur un nombre insuffisant de chars avec un F-N confirmé, les choses changent énormément, la disposition large ou étroite des supports de câbles de chenille en est un bel exemple.

Il y a quelques mois, j'ai enfin mis la main sur un calendrier de livraison de Panzer IV, qui est le meilleur moyen disponible pour affiner la date de production de tous les chars (iirc, je n'avais aucun F-N pour aucun d'entre eux) à condition que l'unité soit connue.


Histoire des chars - Pz. Kpfw. IV Ausf. H

L'histoire des chars les plus fabriqués en Allemagne, le Panzer IV.

Le Panzerkempfwagen IV, communément appelé Panzer IV, était la conception de base de ce qui allait devenir le Pz. Kpfw. IV. Ausf. H, un char moyen allemand de rang 5 dans World of Tanks. Le Panzer IV était l'un des chars les plus fabriqués en Allemagne, avec un nombre impressionnant de 8 500 unités construites et développées dans la seconde moitié des années 1930. Sur ces près de 9 000 unités, environ 3 000 étaient des Ausf. Variante H. et G..

Contrairement à de nombreux autres véhicules blindés à l'époque, le Panzer IV a en fait participé à presque tous les engagements de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette utilisation continue était due à un certain nombre de modifications et de mises à niveau du véhicule qui ont contribué à améliorer ses performances globales.

Dans World of Tanks, le Panzer IV est la version Ausf H de la vraie vie, mais avec quelques légères différences comme la vitesse de pointe.

En juin 1943, la prochaine version du Panzer IV fut développée et deviendra l'Ausf. H. L'Ausf. H. a subi un certain nombre de modifications qui le distinguent de ses prédécesseurs. L'une des améliorations les plus importantes est venue sous la forme d'une intégrité accrue de l'armure de glacis recouvrant l'avant du véhicule. Au lieu d'être plusieurs pièces, la plaque a été fabriquée comme un seul revêtement solide, avec une épaisseur impressionnante de 80 mm. La mise à niveau de la variante G. comprenait également des plinthes latérales pour protéger les pistes.

Au lieu d'être plusieurs pièces, la plaque a été fabriquée comme un seul revêtement solide et a une épaisseur impressionnante de 80 mm. La mise à niveau de la variante G. comprenait également des plinthes latérales pour protéger les pistes. L'importance de la protection des chenilles est extrêmement visible dans World of Tanks, car les véhicules ennemis auront beaucoup plus de mal à détruire les chenilles et à endommager la mobilité.

Tirer parti du fort placage frontal et du placage de voie latérale est un moyen de s'assurer que le résultat d'un engagement est en faveur de l'Ausf. H. Essayez de vous entraîner à pêcher le Panzer IV afin de profiter du blindage à l'avant et sur les côtés.

Trouver rapidement une position est essentiel pour s'assurer que le Panzer peut utiliser sa longue portée et sa précision tout en minimisant les attaques tout en traversant le terrain.

Alors que la vraie vie Panzer Ausf. H. a souffert d'une lenteur en cross-country de 16 km/h, la version en jeu est capable d'atteindre une vitesse impressionnante de 40 km/h. C'est grâce à la possibilité d'améliorer les modules de stock de l'Ausf. G&rsquos à celui de l'Ausf. H.

Fait intéressant, le Panzer IV dans World of Tanks est livré avec plusieurs Ausf. Modules G préinstallés, faisant du Panzer IV (au moins initialement), la variante G par opposition au H.

Une autre mise à niveau du Panzer, qui est également disponible pour la recherche dans World of Tanks, est le canon principal amélioré de 75 mm. Cette mise à niveau était en réponse aux chars KV-1 et T-34 apparus lors de l'opération Barbarossa.

Ces chars exigeaient que le Panzer améliore son canon afin qu'il puisse fonctionner pour une utilisation antichar. Contrairement au jeu, le 75 mm amélioré pouvait désormais pénétrer dans le T-34 à des distances allant jusqu'à 1,2 km et sous n'importe quel angle.

L'Ausf. H a reçu un canon principal modifié pour aider aux mesures antichars.

Malgré le fait qu'il est peu probable que la variante de World of Tanks atteigne ces plages, l'utilisation idéale du Pz. Kpfw. IV Ausf. H est l'un des tireurs d'élite à longue portée. Comme nous l'avons vu dans Tip of the Tank, essayez d'utiliser le Pz. Kpfw. IV. Ausf. H dans une situation à flanc de coteau pour profiter de la dépression et de la précision du canon.

Tout comme dans le jeu, en réalité, le Panzer IV a sous-performé même son prédécesseur, le Panzer III. Cependant, c'est jusqu'à ce que la modification du 75 mm amélioré soit mise en œuvre. Avant ce changement, le Panzer IV avait des difficultés à pénétrer le blindage du Matilda II britannique.

Le Panzer IV était majoritairement un char non allié, bien que dans un cas intéressant, un Panzer IV Ausf. H. a été capturé par le 2 e corps polonais en Italie et utilisé dans leur brigade de chars de Varsovie. Cela allait changer au cours des années suivantes, alors que les Allemands exportaient le Panzer IV vers des pays comme la Finlande, la Roumanie, l'Espagne et la Bulgarie, la Syrie prenant en charge la production du Panzer IV après la guerre.

Pour son époque, le Panzerkampfwagen IV était l'un des chars les plus réussis que l'Allemagne ait créés, et après avoir reçu un certain nombre de variantes, il a réussi à rester pertinent pendant toute la guerre. Bien qu'il n'ait pas été vu en service aujourd'hui, il reste un véhicule blindé agréable à utiliser dans World of Tanks.

Que pensez-vous du Pz. Kpfw. IV Ausf H? Avez-vous des faits intéressants sur le réservoir? Faites-nous savoir dans les commentaires ci-dessous!


Spécifications du Panzer PzKpfw Mk ​​IV Ausf H :

Longueur: 19 pieds, 4 pouces
Largeur:
9 pieds, 7 pouces
Hauteur:
8 pieds, 6 pouces
Équipage:
5
Poids:
26 tonnes
Vitesse maximale: 25 mph
Varier: 130 milles
Armure: 2 " Frontal
Centrale électrique: Moteur essence Maybach 120 TRM V12 refroidi par eau 320cv
Capacité de carburant:
Armement:
7,5 cm K. 40 L/48
Deux mitrailleuses de 7,62 mm
Service entré : 1943
Coût unitaire: $

Ce véhicule a servi l'armée allemande en Afrique du Nord ou au Moyen-Orient pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, les Syriens se sont emparés des Panzer Mk IV récupérables et de toutes les pièces qu'ils pouvaient récupérer et ont continué à les utiliser dans les années 60. Cet exemple a été capturé par les Israéliens pendant la guerre des 6 jours. Non seulement ils étaient utilisés comme chars mobiles, mais lorsque les coques ou les transmissions étaient endommagées de manière irréparable, les tourelles avec leurs excellents canons et optiques étaient retirées et placées dans des positions antichars statiques. Ceux-ci étaient très difficiles à voir et les Israéliens se sont assurés d'en rassembler autant qu'ils le pouvaient à la fin du conflit. L'AAF Tank Museum a troqué l'un de ses véhicules aux Israéliens contre ce Panzer Mk IV. Malheureusement, la carte d'information n'indiquait pas de quel véhicule il s'agissait et les membres du personnel avec lesquels j'ai parlé ne l'avaient pas non plus. Il est dans un état remarquable et ne semble pas avoir été restauré depuis sa capture.

George m'a écrit avec plus de détails sur l'histoire du Panzer Mk IV :

En ce qui concerne le Mark IV, voici comment je me souviens de son histoire.

Il a été capturé à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Soi-disant, il se trouvait dans une usine et n'a jamais été utilisé au combat. Je crois que même si l'Allemagne construisait les gros comme le Panther, le Tiger et le King Tiger, ils n'ont jamais arrêté la production du Mark IV. de toute façon, mon histoire sur la production de l'Axe est rouillée mais l'histoire raconte que le char a été capturé par les Russes, tout neuf, assis dans la cour de l'usine. Ce n'est pas un ancien combattant.

Les Russes ont mis ces chars en Hongrie, je crois, où ils ont fait partie de cette armée pendant un certain temps. Apparemment, à un moment donné, les Russes ont donné ou vendu un tas de ces Mark IV à la Syrie. La Syrie utilisait ces chars comme casemates et les tirait sur Israël. Pendant la guerre des 6 jours, Israël a capturé une poignée de ces chars et les a ramenés dans leurs frontières. Une poignée de ces chars sont ensuite restés dans un parc à os pendant une vingtaine d'années.

Le propriétaire du musée a entendu ces histoires et a découvert qu'Israël avait vraiment quelques-uns de ces Mark IV. Au moment où il a contacté un revendeur là-bas, le gouvernement israélien était en train de construire un musée qui célébrait l'histoire des armures israéliennes. Ils cherchaient des exemples de chars qui avaient été utilisés au cours de leur histoire. Le propriétaire a demandé s'il était intéressé à échanger un Stuart contre un Panzer IV. Ils étaient d'accord. Le Stuart qu'ils ont pris a eu une restauration extérieure. Je crois qu'il était complet mais ne fonctionnait pas. Malheureusement, je n'ai jamais jeté un coup d'œil à l'intérieur et un jour, il n'y en avait plus. Ils étaient sur le point d'échanger contre le 2e Panzer IV lorsque les Israéliens ont réalisé qu'ils pouvaient obtenir beaucoup plus pour ces chars que ce qu'ils avaient convenu avec le premier échange, de sorte que l'accord pour le 2e Mark IV s'est effondré.

Bien qu'il n'ait jamais vu d'action pendant la 2e guerre mondiale, je pense qu'il a réussi une histoire assez colorée pour lui-même.

J'ai été à l'intérieur. Ce n'est pas vierge mais en même temps, il est en bien meilleur état que la plupart des exemples les plus modernes du musée. Il y avait eu un peu de fuite de liquide ici et là, il est donc tout à fait possible qu'il puisse être remis en marche un jour.

Un autre char moyen allemand Panzer Mk IV Ausf H se trouve au US Army Ordnance Museum à Aberdeen Proving Grounds


Modules

Tourelles

Moteurs

Suspensions

Radios

Équipement compatible

Consommables compatibles

Avis du joueur

Avantages et inconvénients

  • Polyvalent : bonne agilité et capacité de descente de caisse passable à décente avec une dépression du canon de 10 degrés
  • Survivable : très bon camouflage et pool de HP élevé
  • Bonne sélection de canons avec un canon de 75 mm à longue portée ou un obusier de 10,5 cm bien maniable
  • L'obusier de 10,5 cm est supérieur au M4 Sherman avec un ROF, une pénétration, un temps de visée et un choix de tirs AP nettement meilleurs
  • L'armure espacée aide à protéger contre les obus HE/HEAT
  • Repose fortement sur le contrôle de la vision : les jumelles sont indispensables pour obtenir le premier cliché
  • L'avant de la tourelle n'est pas visible, mais les minces Tier 3 peuvent pénétrer dans cette plaque de 50 mm
  • Mobilité inférieure à celle du niveau 4 précédent avec une vitesse de pointe inférieure et beaucoup plus de poids
  • Pas un bagarreur avec le 75 mm : il a moins de puissance de pénétration et moins de DPM que le 76 mm américain M1A1, britannique 6-pdr Mark V, un
  • La transmission montée à l'avant située dans le glacis inférieur et le module HP bas entraînent des dommages fréquents au moteur par l'avant

Performance

Vous n'êtes pas encore sorti du bois (et de l'avis de certains, vous ne serez jamais avec la ligne lourde allemande), car ce char n'est nulle part aussi über que les films de la Seconde Guerre mondiale ou les œuvres d'ACG l'auraient laissé croire. Il s'agit cependant d'un char cohérent qui peut se jouer de deux manières, selon que vous équipez le moyen-portée 7,5 cm L/48 ou le 10,5 cm L/28 Howitzer. Comme tous les autres chars avec le canon moyen de 75 mm, il s'engage mieux à moyenne et longue portée dans les collines lorsque cela est possible, pour compenser le DPM inférieur à la moyenne. En le comparant au Panzer 3/4 – avec le RoF/DPM plus élevé avec le canon de 7,5 cm par ailleurs identique, et le meilleur coup de poing à courte portée avec le canon de 10,5 cm, cela signifie que le PzKpfw IV est mieux équipé pour faire -il-vous-même les joueurs concentrés sur la puissance de feu. En revanche, le PzKpfw III/IV de la gamme Leopard 1 est plus adapté à un style de jeu de repérage et d'assistance plus mobile.

Le Pzkpfw. IV Ausf. H est difficile à jouer en stock, car son moteur et sa radio faibles vous gêneront tous. Soutenir d'autres chars plus performants est le meilleur moyen de survivre et de gagner de bons crédits et de l'expérience. La deuxième tourelle est une amélioration par rapport à la tourelle d'origine en termes de portée de vue et de cadence de tir. De plus, la tourelle reçoit un blindage mince et espacé qui absorbe la plupart des coups HE.

Avec le 7.5cm L/48, vous êtes avant tout un flanker ou un tireur d'élite, tirant à moyenne distance et essayant de rester en dehors de la mêlée. Dans ce rôle, équiper un filet de camouflage peut être une bonne idée pendant que vous restez immobile et que vous pompez le DPM, car le Pz IV avait une valeur de camouflage très décente pour un char moyen. Contrairement à de nombreux véhicules allemands, le PzKpfw IV a une dépression de canon décente et peut occuper des positions de coque baissée, même si le blindage de votre tourelle est inférieur à la valeur de votre blindage frontal de la coque. Votre tourelle présente une très petite cible et est difficile à atteindre à distance. Attention, les 7,5 cm L/48 ne peuvent pas pénétrer plus lourdement les blindés de rang 6 ou de rang 7 par l'avant sans munitions en or. Pour les raisons susmentionnées, le obusier de 10,5 cm est l'arme la plus utilisée sur le PzKpfw IV et doit sa popularité en partie à son dégâts alpha élevés, ce qui réduit le temps d'exposition lors de combats rapprochés lorsque l'on compare le temps par dégâts infligés. Avec le 10,5 cm, vous jouez principalement en tant que bagarreur, en vous rapprochant et en le frappant. Cependant, le côté faible et le blindage de la tourelle en font un choix défavorable si vous n'êtes pas prudent.

Gardez à l'esprit que vous serez souvent confronté à des chars qui peuvent vous tuer en 2 à 4 coups, donc même si le char peut fonctionner comme un combattant rapproché, son blindage léger et ses points de vie associés au temps de rechargement lent du canon doivent être pris en compte. compte en le faisant. Vous devez également noter que la tourelle n'a pas un masque aussi large qui pourrait ajouter à son blindage frontal de 50 mm, donc la plupart des adversaires obtiendront une pénétration fiable lorsqu'ils frapperont l'avant de votre tourelle. Par conséquent, les manœuvres de descente de caisse ne sont utiles que lorsque vous pouvez garder vos adversaires à longue distance afin qu'ils ratent souvent votre tourelle relativement petite. Une autre vulnérabilité bien connue est le blindage latéral extrêmement faible du PzKpfw IV, qui est même vulnérable aux tirs HE de 105 mm ou 122 mm, car ils peuvent tuer ou presque tuer le char en un seul tir pénétrant. Il est à noter que ce char est juste légèrement inférieur au M4 Sherman en termes de protection : son blindage latéral et son blindage arrière sont inférieurs et sa tourelle totalement surclassée. Cependant, il a une crosse et un canon supérieurs considérablement plus puissants que le M4 si l'on compare les obusiers de 105 mm. La tourelle plus faible et la dépression plus limitée du canon feront parfois mal. Une fois en configuration maximale, la valeur de camouflage, la vitesse de rotation de la tourelle et la portée radio du Pz IV sont meilleures et son accélération devrait être légèrement meilleure en raison d'une puissance/tonne plus élevée.


Panzer IV Ausf. Char moyen F1/G/H (plastique)

Ce produit est fourni non assemblé et non peint. Colle et peintures non incluses.

Alors que les gros titres de la propagande étaient peut-être allés aux grands félins tels que le Panther et le Tigre, le Panzer IV était l'épine dorsale de la capacité blindée allemande tout au long de la guerre.

Vous pouvez choisir de construire votre Panzer IV selon l'une des trois variantes suivantes :

  • L'Ausf à canon court. F1.
  • L'Ausf à long canon. G avec son frein de bouche à bille distinctif. Respectueusement connu par les forces britanniques dans la campagne du désert sous le nom de « Mark 4 Special », il a principalement été utilisé dans le désert occidental et sur le front russe.
  • L'Ausf H avec son nouveau frein de bouche et sa protection schürzen jupes latérales. Un spectacle régulier sur les champs de bataille de la fin de la guerre, l'Ausf H est l'un des Panzers emblématiques de la guerre.

Le char allemand emblématique de la Seconde Guerre mondiale, le Panzer IV a combattu de l'invasion de la Pologne à la chute de Berlin. Le Panzer IV a été constamment mis à jour, sa conception sonore lui conférant une longévité bien au-delà de celle de ses contemporains. À la mi-guerre, il emportait un canon mortel de 75 mm à canon long, lui conférant une grande puissance de frappe et une meilleure mobilité, et son blindage avait été doublé à certains endroits, augmentant considérablement sa capacité de survie.

Au moment des batailles massives en Russie au milieu de la guerre, le Pz IV portait également le blindage latéral à écran amovible connu sous le nom de schürzen. C'était en réponse à la menace posée par les fusils antichars russes et, dernièrement, par les armes de style bazooka à charge creuse alliées.

C'est l'épine dorsale des régiments Panzer !

Comme pour les autres véhicules en plastique Bolt Action, ce kit est très détaillé mais facile à construire. Il fournit une pièce de jeu robuste et plaira également aux peintres et aux modélistes.

Le Panzer IV est livré avec une feuille de décalcomanies complète pour toboggan aquatique, vous permettant de terminer parfaitement votre nouveau réservoir !


Cheval de bataille de la machine de guerre nazie, le Panzer IV a commencé son long service en 1936 en tant que char d'appui-feu, équipé d'un obusier à canon court de 7,5 cm KwK 37 L/24. Dans ce rôle, le Panzer IV se concentrerait sur la suppression des fortifications ennemies, des emplacements antichars et de l'infanterie à longue distance, protégeant les chars Panzer III plus légers et plus rapides en se concentrant sur la suppression du blindage ennemi. Cependant, après Fall Barbarossa et le choc des combats contre des chars soviétiques supérieurs, il a rapidement remplacé le Panzer III en tant que char de combat principal. La conception de Krupp était plus grande, plus robuste et pouvait facilement accepter des améliorations de blindage importantes et des canons à long canon capables de vaincre les blindés soviétiques. Le châssis Panzer IV a été utilisé comme base pour de nombreux autres véhicules de combat. 8 553 Panzer IV de toutes les versions ont été construits pendant la Seconde Guerre mondiale, une production dans les forces de l'Axe dépassée seulement par le canon d'assaut StuG III avec 10 086 véhicules. Un nombre important de ces chars a également été transféré aux alliés de l'Axe et a continué à être utilisé dans diverses armées du monde entier après la fin de la guerre.

Le Panzer IV Ausf. H est entré en production en juin 1943 et comportait plusieurs améliorations, notamment un glacis à plaque unique, un entraînement final renforcé avec des rapports de démultiplication plus élevés, un revêtement magnétique Zimmerit appliqué en usine et un Schurzen pré-monté sur la tourelle et les côtés du véhicule pour agir comme protection contre HEAT ogives et fusils antichars. Au total, 3774 chars Panzer IV H ont été produits, combattant sur tous les fronts de la guerre.


Face à face : Panzer IV Ausf H vs T34/85

Cette semaine, Andy Singleton de Volleyfire Painting se penche sur ces deux ennemis du front oriental de la fin de la guerre, le Panzer IV Ausf H et le T34/85. Ces deux chars ont des performances très similaires, mais ont également quelques options intéressantes.

Le Panzer IV

Les Panzer IV étaient le véhicule de service le plus ancien de l'armée allemande, entrant en service en nombre limité en 1936. Le Panzer IV a été conçu à l'origine comme un char de soutien d'infanterie et devait compléter plutôt que remplacer le Panzer III. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, cependant, il a été constaté que le Panzer III était incapable d'être amélioré pour transporter l'armement et l'armure nécessaires pour lutter contre les armures alliées plus modernes.
Après l'invasion de la France, il a été estimé que le Panzer IV aurait besoin d'une arme avec une plus grande capacité de perçage de blindage, ce qui a conduit à l'introduction du canon à long canon de 75 mm dans l'Ausf F2.

Avec le plus gros canon est venu un meilleur blindage et cela a conduit à l'Ausf H en 1944, et le Panzer IV resterait un puissant véhicule blindé jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le véhicule était encore en service au Moyen-Orient, notamment avec la Syrie jusqu'au milieu des années 1960. Environ 9000 Panzer IV ont été construits, bien qu'un chiffre exact soit inconnu.

Dans l'action de boulon

Le Panzer IV Ausf G est classé comme un char moyen avec un blindage de 9+, un canon antichar lourd et 2 mitrailleuses moyennes. Schurzen est disponible en option pour améliorer la protection contre les armes HEAT sur le côté, et le tout pèse environ 235 points, 245 avec Schurzen en normal.

Bien qu'il manque peut-être des caractéristiques sophistiquées des autres chars de l'armée ou des masses de HE que d'autres obtiennent, le Panzer IV H est un fantastique tueur de véhicules, qui peut également supprimer et épingler (ainsi que tuer…) l'infanterie adverse. Bien qu'un nombre de points non négligeable, dont un dans votre force vous donnera une bonne unité tactiquement flexible.
Dans un récent jeu Tank Wars avec un ami, je me suis retrouvé à souhaiter avoir quelques chars moyens de plus que des chars lourds, en raison de leur plus grande utilité (et plus de modèles sur la table !). Plus que tout, je voulais un Panzer IV plutôt que ses frères plus gros, car son arme est toujours plus que capable de tuer une armure alliée, mais pour près de la moitié des points d'un Tigre.

Le T35/85

L'un des chars les plus célèbres et les plus reconnaissables de tous les temps, le T34/85 a été conçu pour améliorer le déjà excellent T34/76. Conçu pour suivre le rythme de l'introduction d'un blindage allemand plus lourd, le T34/85 comportait une toute nouvelle tourelle qui augmentait la taille de l'équipage à 5 hommes et permettait également l'installation d'un grand et puissant canon de 85 mm.

Le T34/85 a commencé à entrer en service en 1944, et a continué à servir non seulement jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais à travers les divers conflits de la guerre froide, et peut encore être trouvé dans les armureries de plusieurs nations à travers le monde. Entre mars 1944 et mai 1945, un peu moins de 18 000 T34/85 ont été produits.

Dans l'action de boulon

Le livre sur l'Union soviétique présente une gamme déconcertante de véhicules blindés, mais peu combinent l'équilibre de la puissance de feu et de l'efficacité des points que le T34/85 fait. À 235 points, tout comme le Panzer IV, vous obtenez 2 mitrailleuses moyennes, dont l'une est à nouveau coaxiale avec le canon principal, qui est un canon antichar lourd. Le véhicule est également blindé 9+. Pourquoi choisir le T34/85 alors qu'il existe la version T34/76 moins chère, ou le bestial JS2 ? Eh bien, le 85 a une meilleure capacité anti-véhicule que le 76 et est nettement moins lourd que le JS2.

Tactiquement, j'aime utiliser mon T34/85 pour engager le blindage ennemi avec son canon principal, et utiliser sa mitrailleuse pour supprimer l'infanterie ennemie et essayer de mettre des épingles. S'il n'y a pas de blindage, j'aime garder le char en mouvement et continuer à répandre des épingles sur tout ce qui semble être la plus grande menace à l'époque. L'Armor 9 est bon, pas brillant, mais suffisamment pour que vous puissiez vous permettre de jouer et de tenter des choses.

Il convient également de rappeler que les Soviétiques ont des conducteurs de chars, donc si vous jouez à des guerres de chars, ou si vous ne voulez tout simplement pas acheter des transports qui ne sont pas des chars, vous avez également la possibilité d'utiliser le T34 comme véhicule. Cela dépend vraiment de combien vous voulez mettre en synergie votre liste avec votre force.
Une dernière chose avec le T34/85. Il a la possibilité de monter un lance-flammes dans la coque, remplaçant la mitrailleuse moyenne et vous offrant un canon antichar lourd avec une mitrailleuse moyenne coaxiale et un lance-flammes monté sur la coque. Cela transforme un bon véhicule en un monstre absolu, sans être paralysant en points. Le seul inconvénient de cette mise à niveau est que le tank devient un peu plus vulnérable. À mon avis, cela vaut bien le compromis. Cependant, vous risquez bien de perdre des amis en train d'en utiliser un aussi !

Ces deux véhicules vous permettent d'ajouter un véritable coup de poing anti-blindage à une force sans dépenser une grande quantité de points.


Panzerkampfwagen IV Ausf. H et Ausf. J. Vol. je

L'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler et le rejet ouvert du traité de Versailles de 1919 annoncé par la chancelière, et peu de temps après, der Führer du Troisième Reich ont ouvert un nouveau chapitre dans l'histoire militaire de l'Allemagne.

Au milieu des années trente, le développement actif et décomplexé de tous les types d'armes a commencé. De nombreux projets secrets qui avaient été travaillés dans la République de Weimar sont sortis de l'ombre - soit soigneusement cachés sous le couvert de projets civils, soit réalisés à l'extérieur du pays. Conformément à la doctrine offensive adoptée par l'État dirigé par der Führer, les blindés jouaient un rôle important dans les forces terrestres. C'est sur les épaules des troupes de formations blindées que retomberait la part du lion pour atteindre les objectifs de la nouvelle et - comme on le découvrira bientôt - stratégie efficace de Blitzkrieg. L'un des outils de base qui serviront à la Panzerwaffe en 1939-1945 était le char moyen Panzerkampfwagen IV.
Begleitwagen L'origine de l'histoire du plus grand char moyen allemand pendant la Seconde Guerre mondiale remonte au début des années trente du siècle dernier. En janvier 1934, au Bureau de l'armement des forces terrestres (Heereswaffenamt) fut organisée une conférence dont le but était de définir les voies fondamentales de développement des armes blindées du Troisième Reich face à l'inévitable conflit armé. Au cours de la réunion, une proposition a été confirmée, selon laquelle la charge principale de la production de chars incomberait aux usines de fabrication des chars Panzekrkampfwagen III - alors indiqués comme véhicules principaux - armés de canons de calibre 37 mm ou 50 mm. Additionally, action begun to be taken towards the construction of a heavier tank, the combat weight of which was to fluctuate around 20 tons (but not more than 24 t which was associated primarily with the load capacity of most European road bridges and the transport capabilities of railway systems). Due to the fact that these actions at that time were still carried out in secret, the machine was officially named medium type tractor - Mittlerer Schlepper. After the announcement of re-militarisation the name was changed to Begleitwagen, that is accompanying or support vehicle or alternatively Bataillonsführerwagen (battalion level command vehicle).

According to these proposals, the vehicle then classified as medium tank and infantry support tank was to be armed as powerfully as possible in the mid-thirties - the 7.5 cm Kampfwagenkanone 37 which had a barrel length of 24 calibres. The armament was completed by two 7.92 mm machine guns Maschinengewehr 34, a variant specially designed for AFV’s: one at the front of the hull and the other in the turret. The choice of the gun was not accidental. Reichsheer intelligence agents operating in France, recognized by Berlin as the main enemy, passed information about the plans of the army of the Third Republic, according to which by the end of the decade French armed forces would field tanks protected by 40 mm armour and armed with guns with calibre greater than 70 mm. The Begleitwagen therefore was the response to the projects, especially taking into account that a 7.5 cm KwK L/24 antitank shell was to be capable of piercing armour plate 43 mm thick sloped at an angle of 30 degrees on a range of 700 m.


Side view Panzer IV ausf G or H - History

This panzer was eventually purchased by the Syrian Army. Nobody knows for certain who sold it to the Syrians, but it probably came from Czechoslovakia sometime after being captured there by the Russian Mongols of the Red Army. Many of the Syrian Pz. Kpfw. IV's are said to have originated in France and Spain, so this might be another possibility.

The tank shown here is probably one of those Pz. Kpfw. IV used by Syria during the 1965 Water War with Israel. These tanks were placed in prepared positions on the Golan Heights where they shelled Israeli towns on the plain below. Israel moved Centurions in to counter and a duel broke out. The fighting was stopped by UN intervention before either side could claim victory. Later, on August 12, another exchange occurred. This time the Israelis succeeded in forcing a cease-fire. The surviving Syrian Pz. Kpfw. IV's remained in their positions along the Golan Heights until the 1967 "Six Day War" when they were captured by Israel and placed in storage at the Latrun Museum.

The American Armoured Foundation Tank Museum acquired the panzer by trading an M5 Stuart for it -- what a great deal! The tank's restoration will commence as soon as they finish moving in to their new headquarters. By the way, they're looking for spare parts -- if you know of a source for these then please let me know or use the above link to contact the AAF by way of their web-site - thanks!

These photographs were made possible by the generous efforts of American Armoured Foundation Director Karen Gasser and her staff. Thanks Karen!

Here's a good view of the tank's front.

The driver sits behind the vision port opposite the bow machine gun. The radio operator doubles as the bow machine gun operator. The loader, gunner, and commander all squeeze into the turret area with the commander in the middle behind the gun and the loader and gunner in front of him and to his right and left respectively.

The word on the street is that, at some point prior to the tank's display in the museum, it was assembled from an Ausf. J turret and an Ausf. H hull. The style of the muzzle brake supports this assertion as it is clearly that of a late model Ausf. J. Also, the ventilator is shaped like the ones found on Ausf. Js.

The commander's hatch, however, features double doors. This is an attribute peculiar to models through early production Ausf. G. After that the commander's hatch had a single door. Unfortunately I lack photographic material that shows the pistol ports and vision slots in the turret side hatches. This would be another clue as to the true identity of the turret as these were welded closed and, later, eliminated altogether during Ausf. J production.

Of course, all this proves little since early and late versions of these components are interchangable and it's hard to say what changes might have been made in the field or during repairs and refitting.

The tank's previous Syrian owners modified the top of its cupola to accomodate thier standard Russian-made anti-aircraft gun. The fronts of the fenders have also been modified.

Here's a close-up of the tanks front that affords us a better look at the Notek black-out light mounted on the top of the hull out in front of the driver's visor. Here we can also make out the little rain gutter above the gunner's periscope outlet (located between the main gun and the gunners vision port).

From this angle we see the closed door of the gunner's vision port to the left of the main gun (to your right). If you look carefully you can see the little hole in the ball mounting to the left of the bow machine gun's barrel. The machine gun's sighting optics reside behind this hole. We also get a better look at the driver's vision port. His hatch is in the roof of the hull just above his vision port.

The Ausf. H's sole headlight is seen here, mounted (almost) in the correct position on the left fender. This is the newer style of headlight made by Bosch featuring a metal black-out cover.

Here we're looking down through the driver's hatch. The ammo stowage bin located behind the driver's seat dominates this picture.

The bracket that's mounted to the front of the bin might be for the driver's fire extinguisher, which is known to be located "beside" his seat. If so, then it would seem that the lower bracket is missing.

Part of the seat's frame is visible in the shadows at the lower left area of the photo.

Now you have climbed in and you're sitting in the driver's seat looking straight ahead. The contraption you see before you is the driver's visor, or "window", along with the mechanism that opens and closes the armored shutter located outside. This model of visor, the "Fahrersehklappe 50", was first introduced with the Ausf. F1.

The shutter can be closed to give the driver extra protection. He might then rely on a set of KFF-2 twin periscopes to see the road. or lack thereof! The periscopes would ordinarily peer out through two little holes above the driver's visor. But, starting around January 1943 (late Ausf. G), the periscopes were left out. This is the case here.

It's difficult to make out in this scan, but the original photograph clearly shows the chassis number etched in the metal just under the driver's visor: "85575". This confirms that the chassis was manufactured as an Ausf. H.

Question: Prior to the Ausf. G the driver had at his disposal two blue lights that warned him when the main gun was extended beyond the sides of the hull. Might the two empty holes in the forward panel (under the visor) have been designed to accommodate these lights (even though the lights were left off)?

List of site sources >>>